Editions Persona - Présentation -


L’idée de créer une maison d’édition dans le même esprit que la revue émane, à nouveau, de Jean Pierre Joecker, tout comme son nom Persona (masque en latin). Elle prit forme au cours de l’été 1980 où les quatre futurs fondateurs (JM Combettes, JP Joecker, P. Lorenzo et A. Sanzio) en vacances à Rome en juillet y réfléchirent longuement et se mirent d’accord sur les principes : pas question de faire une maison d’édition exclusivement homosexuelle, et les modalités : l’entreprise serait distincte de Masques. Le but était d’éviter les discussions souvent tendues au sein de la revue : les quatre étaient liés par une solide amitié et une conception ouverte de l’édition. J P Joecker informa Tony Duvert du projet dans une lettre datée du 25 août 1980. Les statuts de la SARL au capital bien modeste de 20 000 Francs sont déposés le 11 avril et le numéro 9/10 de Masques annonce la naissance de la maison d’édition par une interview de JP Joecker et JM Combettes qui expliquent les raisons de cette création et détaillent leurs projets.

 

Le premier titre publié, le 30 avril 1981, fut : Les Hommes au Triangle rose de Heinz Heger. C’est Guy Hocquenghem qui avait suggéré à J P Joecker la parution de ce récit, le premier, d’un déporté homosexuel autrichien, Heinz Heger et il en rédigea la préface. L’écho médiatique fut énorme ainsi qu’en témoigne les centaines d’articles de la revue de presse et les ventes suivirent ! Toutefois Bernard-Henri Levy dénonça, dans un article publié par le quotidien Le Matin le 16/02/1982, cette publication destinée, selon lui, à nier le génocide juif… Guy Hocquenghem et JP Joecker lui répondirent fermement dans le même journal le 4 mars1982.

 

Le  Livre blanc de Jean Cocteau, avec les dessins de l’édition, très limitée (530 exemplaires) de 1930,  parut le 14 mai 81, quelques jours après l’élection de François Mitterrand. Sa publication chez Persona fut rendue possible par l’aide amicale du grand ami de l’auteur, Milorad qui en rédigea l’introduction après avoir réussi à convaincre Edouard Dermit d’accepter cette réédition. Jusqu’alors Le Livre blanc avait été publié sans nom d’auteur et à des tirages restreints (hormis l’édition poche de 1970). Par la suite Milorad continua à publier régulièrement dans Masques et échangea une abondante correspondance avec JP Joecker. Comme pour les Triangles, le succès fut énorme, grâce à une couverture de presse tout aussi importante… Un seul exemple : Angelo Rinaldi consacra une chronique entière à l’ouvrage dans Le Matin… Cette fameuse chronique attendue et redoutée chaque semaine par tous les amateurs de littérature !

 

Succès encore pour les deux autres ouvrages publiés en 1981 : la traduction de Bent, la pièce de Martin Sherman, éditée en liaison avec sa programmation au théâtre de Paris Nul n ‘a oublié l’impressionnante prestation des comédiens dont le regretté Bruno Cremer et le volume fut vite épuisé ! La traduction du troisième roman de Gore Vidal, The City and the pillar, publié en 1948 entraina sa quasi excommunication le contraignant à adopter un pseudonyme !  Il ne fut jamais réédité en France et sa publication par Persona est due à Philippe Mikriammos qui réalisa une nouvelle traduction. Sous le titre Un Garçon près de la rivière, l’ouvrage connut un réel succès moins retentissant évidemment que les trois précédents !  Au terme de cette année 1981, le pari fou était gagné !  L’entreprise était une réussite, tant sur le plan commercial, décisif car les fondateurs n’avaient aucun moyen financier, et culturel : Persona n’était pas un ghetto culturel mais une maison d’édition, certes encore petite, comme les autres… Et son avenir était assuré. La maison d’édition, et donc Masques qui en bénéficia, eut, enfin ses locaux : elle s’installa dans l’espace libéré par la fermeture du salon de thé/restaurant de la librairie Les Mots à la bouche, au 35 rue Simart dans le XVIII°. Persona embaucha, enfin, des collaborateurs rémunérés… Ainsi JP Joecker et JM Combettes purent se consacrer à plein temps à l’édition et à la revue.